Santé, Vaccination. Sciences et Avenir – 02 / 06 / 15 – Vaccin : Qu’y a-t-il derrière la pétition du Professeur Joyeux?

Extraits de l’article.

Une pétition anti-vaccin lancée par le Pr Henri Joyeux a recueilli plus de 530.000 signatures ces dix derniers jours. Si elle pointe à juste titre une pénurie problématique, les termes employés sont anxiogènes et font débat. Explications.

POLÉMIQUE. « Un scandale d’Etat » : c’est sous cet angle sulfureux que le Pr Henri Joyeux a choisi de lancer une nouvelle pétition anti-vaccin le 19 mai 2015, laquelle a recueilli plus de 530.000 signatures en un peu plus de dix jours. Le Pr Joyeux, cancérologue de formation, dénonce en des termes alarmistes la situation concernant la seule vaccination obligatoire en France : le triple vaccin protégeant contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (vaccin DT-Polio). Le problème ? À l’heure actuelle, en France, cette triple vaccination obligatoire pour les enfants avant 11 mois doit passer par un produit dit hexavalent, l’Infanrix Hexa, qui comprend donc une vaccination contre trois autres maladies  – la coqueluche, les infections à Haemophilus influenzae type b et l’hépatite B – soit 6 en tout. En effet, depuis 2008, la commercialisation du vaccin trivalent DTPolio a été stoppée, « sans raison apparente » selon la pétition du Pr Joyeux. En réalité, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a avancé une explication très précise à l’époque pour expliquer ce retrait, arguant d’une « augmentation importante du nombre de manifestations allergiques ». (…)

(…)

Vers un débat télévisé avec Marisol Touraine ?

Aussi, la ministre de la Santé Marisol Touraine, à qui est adressée la pétition, n’a pas tardé à réagir fermement devant les caméras de France Télévision : « La vaccination ne se discute pas. On ne joue pas avec des sujets aussi importants que la vaccination, on n’attise pas les craintes. Il ne faut pas avoir de doute, ce qui n’exclut pas la transparence et la recherche pour toujours améliorer la qualité de nos vaccins. » Précisant en particulier que  la « responsabilité [d’un médecin] c’est de rassurer, d’expliquer, et non pas d’inquiéter et de faire peur ». Elle a également rappelé que « la campagne est menée par un médecin qui s’est déclaré contre la pilule, contre l’avortement, qui a pris des positions rétrogrades sur toute une série de sujets ». (…)

(…) Un vrai problème instrumentalisé

Toujours est-il que le Pr Joyeux n’en est pas à son coup d’essai, lui qui avait déjà été à l’origine d’un appel en défaveur de la vaccination contre le papillomavirus (HPV) en 2014. Et le parti pris d’une pétition hébergée par le site de l’Institut pour la protection de la santé naturelle (basé en Belgique) ne fait guère de doute. Malgré les arguments supposés scientifiques présentés par le Pr Joyeux. Si l’alerte du Pr Joyeux a le mérite de rappeler – un peu bruyamment – qu’une pénurie de vaccins touche la France depuis le début de l’année 2015, est-il pour autant nécessaire de relancer et d’alimenter en des termes anxiogènes le débat sur l’utilité et la sécurité des vaccins ? À plus forte raison que ladite pénurie a été largement traitée par les médias ces derniers mois, y compris par Sciences et Avenir qui en expliquait les tenants et les aboutissants.

Rappelons enfin que les décisions de mise sur le marché des vaccins sont prises en fonction des données scientifiques disponibles à l’instant « t ». Et que celles-ci sont régulièrement révisées en fonction des nouvelles données fournies par la recherche. Car si la vaccination ne se discute pas, comme l’a rappelé Marisol Touraine, les recherches pour améliorer la qualité des vaccins ne cesse jamais.

Pour lire la totalité de l’article, cliquer sur le lien suivant : 

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150601.OBS9927/vaccin-qu-y-a-t-il-derriere-la-petition-du-professeur-joyeux.html

Egalement en lien avec le sujet :