L’OBS – 13.03.2018 – SECTE DES BRIGANDES : UNE FEMME EST DÉCÉDÉE DANS CE CABANON

S. était une adepte de 39 ans, atteinte d’un cancer du col de l’utérus. La secte ne voyait pas d’un bon oeil les soins médicaux.

S. s’est éteinte dans une maison minuscule de conte pour enfants. En pierre, encadrée par des branchages, une petite boîte à fantasmes. C’était le 18 octobre 2011, sur les hauteurs de la ville d’Hastière, au sud de la Belgique, où l’avait envoyée une secte. Elle n’est pas morte de son cancer de l’utérus stade quatre mais peut-être de dénutrition, les derniers instants de sa vie restent incertains.

Cette Belge de 39 ans, qui avait décidé de ne pas se soigner, ne se nourrissait plus depuis des jours. Elle pensait que son karma était de mourir et que les karma devaient s’assumer. C’est aussi ce que pensait le groupe dans lequel elle vivait depuis trois ans.

Dans la secte de Joël Labruyère, « La Nation libre », décrite par la Miviludes, organisme public de lutte contre les sectes, comme un « groupe sectaire comme on en faisait autrefois » et connue parce qu’elle abrite le groupe musical d’extrême droite « Les Brigandes », la maladie est considérée comme un tribut à payer pour les erreurs ou les fourvoiements passés. Et les soins médicaux ne sont pas vus d’un bon œil (chimiothérapie et transfusion sanguine notamment).

Pour lire la suite de cet article, voici le lien : https://www.nouvelobs.com/rue89/notre-epoque/20180308.OBS3299/secte-des-brigandes-une-femme-est-decedee-dans-ce-cabanon.html