Edito du CAFFES–DES MOTS SUR LES MAUX…

septembre 7, 2018 EDITO, JOURNAL

Rendant la personne dépendante à la doctrine du mouvement, l’emprise sectaire est une addiction, sans produits. Un article paru dans 24hsanté, en 2009, évoquait l’emprise sectaire parmi les addictions comportementales, au même titre que le jeu pathologique et les addictions alimentaires.

Des musiciens d’horizons différents ont su mettre des mots sur l’addiction, les faits dommageables qui en découlent et que subissent les victimes, mais aussi sur l’accompagnement qui vient tendre la main aux victimes.

Découvrez ces 3 chansons venant au soutien des victimes de ce douloureux mécanisme :

« Marie-Lise » de 100 Remords : https://www.youtube.com/watch?v=Lp4ATRd41-U
Autour des conséquences dramatiques de l’emprise subie par une jeune femme, décédée à 23 ans après un refus de transfusion sanguine lors de son accouchement.

« Trop Facile » d’Anne-Marie : https://www.youtube.com/watch?v=NZOPr6rBSrY L’auteur explique : « C’est difficile d’accompagner les victimes d’emprise, et de n’être « que » accompagnant. Rendre à la personne la responsabilité sur sa propre vie, la laisser se reconstruire elle-même. Se contenter d’être présent et à son écoute. […] C’est long, c’est lourd, c’est fastidieux, on peut avoir l’impression de faire si peu, et pourtant….».

« Leave a light on » de Tom Walker :
« Je refuse de perdre un autre ami à cause de la drogue », une autre addiction, pour laquelle il indique « Si tu as perdu ton chemin… je vais laisser la lumière allumée ». A travers ce titre, l’auteur « a voulu montrer à ses proches qu’il serait toujours présent pour eux, quoiqu’il arrive » comme relate son interview par NRJ en février 2018 (https://www.nrj.fr/artistes/tom-walker/actus/tom-walker-son-titre-leave-a-light-on-touche-particulierement-ses-fans-354979)