Triste anniversaire – 24heures – 21/11/2016 – Jim Jones et 400 de ses disciples se sont suicidés

décembre 9, 2016 JOURNAL

Dans «24 heures»Le 21 novembre… 1978: les membres du Temple du Peuple ont suivi les consignes de leur gourou.

«C’est un spectacle atroce qu’ont découvert les forces de sécurité guyanaises quand elles sont arrivées à Jonestown, la commune agricole du Temple du Peuple: près de quatre cents membres de la secte s’étaient donné la mort, sans doute en s’empoisonnant», révèle 24 heures ce mardi 21 novembre 1978.

Le drame fou est survenu trois jours plus tôt dans l’ancienne colonie britannique de la côte nord de l’Amérique du Sud. Il fut déclenché par la visite d’un député américain, Leo Ryan, venant mener une enquête à la suite de plaintes faisant état de mauvais traitements au sein de la secte dirigée par le «pasteur» américain Jim Jones. Celui-ci avait créé le Temple du Peuple dans les années 60 aux Etats-Unis, avant de déménager ses troupes au Guyana en 1977, dans le village baptisé à son nom en pleine jungle. »

Pour lire la suite de cet article, voici le lien: http://www.24heures.ch/vivre/histoire/jim-jones-400-disciples-suicides/story/15826731

Commentaire du CAFFES :

Triste anniversaire

Voilà 38 ans aujourd’hui que sous couvert de croyances, un terrible massacre a eu lieu,  au sein du mouvement le Temple du Peuple dans le village de  Jonestown au Guyana. Des femmes, enfants furent empoisonnés au mercure. Obligés de prendre, un par un, ce poison. Ceux qui refusaient  étaient assassinés.  Un drame qui a fait plus de 900 victimes  dont 300 enfants.

C’était il y a 38 ans, mais aujourd’hui l’actualité nous montre chaque jour comment certains leaders utilisent la mort pour arriver à leur fin. Où est le respect des Droits  de l’Homme, de la femme  et des enfants  au premier rang desquels figure le « droit à la vie ».

Des droits que notre centre rappelle inlassablement, en participant à diverses actions de prévention, à l’occasion de la semaine de lutte contre les violences faites aux femmes et de l’anniversaire, le 20 novembre également, de la Convention Internationale des Droits des Enfants.

Ce cadre posé, pour tenter de comprendre l’indicible à savoir comment  certaines pratiques sectaires peuvent conduire à des dérives mortifères, comme celle du Temple du Peuple, voici un extrait de l’article de Casoni Dianne et  Brunet Louis, « Processus groupal d’idéalisation et violence sectaire », Déviance et Société, 1/2005 (Vol. 29), p. 75-88:

« Lorsque, comme pour David Koresch (Davidiens de Waco), Jim Jones (Peoples Temple), Joe Di Mambro (Ordre du Temple Solaire) et Herff Applewhite (Heaven’s Gate), des conflits internes au sein de la secte se manifestent (OTS), un mouvement de doute ou de contestation a pris forme (Peoples Temple), ou encore que l’adoration des membres ne procure plus aux leaders cet état de grâce dont leur équilibre narcissique dépend (Heaven’s Gate et Davidiens), il ne reste souvent à ces leaders qu’un seul recours pour éviter la chute narcissique brutale et la dépression catastrophique qui en résulterait, et c’est de trouver refuge dans l’ultime fantasme d’omnipotence, celui de l’immortalité.

Mais les leaders ne peuvent franchir ce pas isolément, ils doivent entraîner leurs adeptes avec eux. À ce point de non-retour de la logique du processus d’idéalisation, les adeptes font partie du leader et le leader fait partie des adeptes. Tant pour Applewhite qui se retirait de plus en plus en lui-même depuis le décès de la co-fondatrice de Heaven’s Gate que pour Di Mambro (véritable leader de l’OTS) qui semblait fatigué des conflits internes et las de la bataille continuelle pour maintenir l’illusion du processus d’idéalisation vivante chez ses adeptes, la seule voie de solution possible envisagée consiste à rompre définitivement avec les exigences de la réalité. La mort, sous la forme de suicides commandés et d’homicides collectifs, devient paradoxalement la voie privilégiée de survie protégeant le processus d’idéalisation. »

En mémoire de toutes  ces victimes, notre centre réaffirme avec force le droit inaliénable de chacun à la vie et renouvelle son soutien aux victimes directes et indirectes d’emprise sectaires de quelque nature qu’elle soit.