RTBF.BE – 06/02/2017 – La chambre du conseil de Charleroi ordonne la réouverture des débats concernant le Père Samuel

Commentaire du CAFFES

Une inculpation qui dure depuis 2008. Des débats qui s’éternisent, alimentés par de constantes demandes de « devoirs complémentaires » des 3 avocats du (excusez du peu) saint homme.

La justice belge veut-elle véritablement qu’éclate la vérité? Ou joue-t-elle la montre?

Pendant ce temps, qui – tout simplement –  accompagne les familles qui en sont victimes?

Si aucune décision judiciaire n’est prononcée pour le moment, il y a bien néanmoins une « double peine » qui touche de plein fouet – non pas le « prêtre guérisseur » poursuivi – mais les victimes de ses méfaits qui subissent depuis 9 ans cette procédure, comme si leur expérience sectaire n’était déjà pas assez douloureuse en soi.

Une réalité que l’on trouve souvent face au phénomène sectaire. Que d’argent et de temps perdus…

La priorité n’est-elle pas, quelque soit la nature de l’emprise sectaire, dans l’accompagnement des familles en souffrance?

Extrait de l’article:

La chambre du conseil de Charleroi a rendu une ordonnance de réouverture des débats, ce lundi, dans le dossier qui concerne le Père Samuel. Le dossier, qui date de 2008, est évoqué depuis deux ans devant cette instance qui doit décider de l’opportunité d’un renvoi en correctionnelle du « prêtre guérisseur« .

En 2008, des perquisitions étaient menées au sein de l’église Saint-Antoine de Padoue de Montignies-sur-Sambre (Charleroi) où officie le « Père Samuel » depuis de nombreuses années. Elles avaient débouché sur l’inculpation de Charles-Clément Boniface, alias Samuel Ozdemir, pour des faits d’escroquerie, de faux et d’usages de faux et d’exercice illégal de la médecine.

Pour lire la suite de l’article, voici le lien; https://www.rtbf.be/info/regions/hainaut/detail_la-chambre-du-conseil-de-charleroi-ordonne-la-reouverture-des-debats-concernant-le-pere-samuel?id=9522976