Libération-06/12/2016-« Radicalisation à l’école; Faire classe ou faire flic? »

décembre 16, 2016 Presse écrite

Depuis 2015, le gouvernement demande aux enseignants de signaler tout élément qui pourrait faire penser qu’un élève se rapproche de l’islam radical. Entre peur de dénoncer et envie de protéger, le malaise des profs est palpable.

D’emblée, elle se braque. «Signaler des élèves pour « suspicion de radicalisation » ? Ah non, ce n’est vraiment pas une question qui me taraude au quotidien, mais alors pas du tout. Je rappelle que ce sont des gamins !» Agnès est prof de lettres, en poste depuis dix ans en Seine-Saint-Denis, en banlieue parisienne. Sa réaction, agacée, illustre la difficulté d’aborder ce sujet, sensible et compliqué. Depuis les attentats de janvier 2015, la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, demande à ses troupes de signaler à leur hiérarchie tout changement d’attitude, comportement ou propos d’élève pouvant laisser penser qu’il se«radicalise» religieusement.

Pour lire la suite de cet article, voici le lien: http://www.liberation.fr/france/2016/12/05/radicalisation-a-l-ecole-faire-classe-ou-faire-flic_1533216