Justice – Le Parisien – 21 / 08 / 15 – La scientologue a-t-elle été poussée au suicide ?

Ruinée, Gloria Lopez s’est suicidée à Colombes (Hauts-de-Seine) en 2006.

Les proches de Gloria Lopez réclament la vérité sur sa mort.

Elle s’est jetée sous un train un matin de décembre 2006 à Colombes (Hauts-de-Seine), ruinée. Adepte de l’Eglise de scientologie, Gloria Lopez croyait tant aux préceptes de cette organisation considérée comme sectaire qu’elle y a englouti tout son argent. Pour ses proches, il ne fait aucun doute que la Scientologie est en grande partie responsable de son désespoir.

Une thèse que les enquêtes successives n’ont pas permis d’étayer. Le juge d’instruction de Nanterre chargé du dossier envisage donc de rendre un non-lieu.

« Cette organisation est très habile pour échapper à la justice », soupire un proche du dossier. Les enfants de Gloria Lopez, eux, sont désemparés. « On savait que ce serait compliqué, confie Gwenn Le Berre, le fils de la défunte. Mais on ne s’attendait pas à une telle inertie de la justice. On se demande si les témoins essentiels, comme les trois femmes scientologues qui étaient au côté de ma mère quand elle sombrait, ont vraiment été recherchés. » (…)

« Ma mère voulait gravir les échelons et atteindre le Pont, le plus haut niveau dans la scientologie », précise Gwenn. Ainsi, pour dégager des fonds, chaperonnée par une « conseillère financière » de l’organisation, Gloria a cédé l’appartement qu’elle venait d’hériter en Espagne, son pays natal. Pour finir par acquérir, à crédit, un petit logement à Colombes, près de la gare. « Elle nous a quittés parce qu’elle voulait se rapprocher de Paris pour la Scientologie », reprend Gwenn, persuadé que la clé du mystère est ailleurs : à Copenhague. Au cours de l’été 2006, sa mère a rejoint la capitale du Danemark pour une formation intensive à Sea Org, la structure qui dirige les Eglises de scientologie réparties dans le monde. « C’est une organisation paramilitaire », accuse Me Bosselut.

« Elle y a signé un contrat pour un milliard d’années », ajoute le fils de la victime. Au cours de ce séjour, on l’aurait incité à se couper définitivement de sa famille et « elle n’a pas supporté ce dilemme », analyse Gwenn en s’appuyant sur les nombreux écrits de sa mère. Peu avant son suicide, endettée et déprimée, Gloria se disait « en échec ». (…)

Pour lire la totalité de l’article, cliquer sur le lien suivant : http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/la-scientologue-a-t-elle-ete-poussee-au-suicide-21-08-2015-5023825.php