CAFFES–15/07/20–URGENT –L’heure est très grave pour les victimes d’emprise sectaire réduites une fois de plus au silence.

juillet 20, 2020 ACTUALITES, EDITO, JOURNAL

Comme vous avez pu le lire dans notre communiqué de presse de ce 13 juillet rédigé face à la précipitation dans laquelle semble se faire le déménagement de la MIVILUDES, nous sommes plus qu’interrogatifs, nous sommes très inquiets.

Pourquoi tant de hâte? Alors même qu’il était question de reporter à septembre? Alors même que seul un décret signé du président de la République – et non encore établi – peut acter tout changement concernant la MIVILUDES ?

Pourquoi maintenant, durant la période estivale où chacun regarde ailleurs? Cela ressemble de trop près à une condamnation à mort de la MIVILUDES. Mais les familles et surtout les dommages qu’elles subissent ne vont pas disparaitre pour autant.

Qui va pouvoir être à leur écoute, y compris cet été, comme l’a régulièrement été la Miviludes? La Mission, tout comme notre association, porte la voix des victimes sous emprise sectaire que l’on a réduit au silence et sa disparition causerait une nouvelle fois des dommages à ces familles.

Nous avons très peur pour les victimes et leurs familles que nous accompagnons au quotidien, aidés de la Miviludes et sans laquelle nous ne pourrons plus avancer au soutien des personnes.

Nous avons tant besoin des conseillers dévoués de la Miviludes, en qui nous avons confiance, face au nombre de demandes familiales ne cessant d’augmenter, amplifiées par la crise du Covid-19, le confinement et le déconfinement sur lesquels les mouvements ont surfé, bouleversant de nombreuses familles.

Ce déménagement, même s’il est provisoire, prévoirait de laisser dans les anciens locaux, les archives, la documentation. Laissées seules ? Serait-ce un énième abandon estival sur le bord de la route ?

Ceci est tout simplement inconcevable et inacceptable, car ces archives se constituent également des récits de ces familles, de leurs témoignages personnels, régulièrement transmis à la Miviludes, en toute confiance et confidentialité, contenant leurs données personnelles et donc sensibles. Qui va s’en occuper?

Ne peut-on pas comprendre l’extrême prudence qu’il convient d’avoir pour ces situations familiales qui subissent régulièrement les pressions des mouvements et manipulateurs dont elles dénoncent les abus ? Et le respect des souffrances de ces familles? A la trappe, comme la Miviludes, sans aucun égard?

Il a fallu 20 ans pour que les pouvoirs publics prennent conscience de la dangerosité du phénomène sectaire et entendent les familles et pour que s’installe progressivement une mission d’Etat en charge de cette thématique, une mission dont le caractère interministériel a largement contribué à l’accompagnement des familles.

Aujourd’hui, seulement 72 heures après que le rapport du Sénat n°595, rendu le 07 juillet 2020, ait en toute première préconisation, souligné l’importance de rétablir la Miviludes, intervient une décision de déménagement en catimini et à la va-vite?

Nous avons besoin de comprendre ce qui se passe et avons sollicité nos députés et sénateurs afin qu’ils puissent, à l’occasion de la présentation devant les parlementaires par Mr le Premier ministre de sa politique générale, l’interpeller sur cette situation.

Il en va de la vie de ces familles victimes d’emprise sectaire et trop souvent laissées de côté.

A lire également : Ouest France 09/07/2020 : Etat, école, sport : un rapport sénatorial s’alarme de la « radicalisation islamiste »

Public Sénat, 09/07/2020 : Lutte contre la radicalisation islamiste : la commission d’enquête du Sénat formule 44 propositions